• Rien ne se perd, ni se crée, tout se transforme...

    Mon dernier blog a suscité quelques interrogations sur la similitude existant entre la pensée chinoise et la formule de Lavoisier… En fait Lavoisier connaissait ses classiques : son propos est emprunté à Anaxagore.

     Anaxagore et Confucius (cinq siècles Av JC.) ne se connaissaient pas, mais Confucius rédigeait alors le Grand Commentaire du Yi King (Yi Jing)  Livre des changements… 

    Les parallèles ne se rencontrent pas, dit-on.

    Et Dieu dans tout ça ?... Je ne sais si Lavoisier était croyant, mais vraisemblablement Anaxagore voyait des dieux en diverses choses. Par contre Confucius, comme Lao Tseu, ne concevait aucune existence divine. Il n’y a pas de dieu dans le pensée chinoise, c’est sans doute, le seul peuple, la seule civilisation qui n’aie ni Dieu, ni dieux, ni diable… Des dragons oui, qui symbolisent non des divinités mais des énergies. Pour eux la réalité c’est le présent, et le présent est un entre-deux dans un monde de changements, le problème pour l’individu étant de se situer dans le sens et l’esprit de ces transf ormations... C’est, le Tao te king : La Voie du Tao (Dao de jing).

    La notion de Grand Architecte pourrait peut-être leur convenir à condition qu’il ne soit pas créateur. Et qu’il n’ait aucune personnalité. Plutôt une Grande Horloge... Voltaire était-il taoïste ? Ou Lao Tseu voltairien ?

    Ci-dessous  2 documents traditionnels : Fuxi et Nuwa personnages mythiques, représentants la marche et les mouvements du monde avec compas et équerre…  et un document de mon cru pour une couverture de livre.

                  Rien ne se perd, ni se crée, tout se transforme...           Rien ne se perd, ni se crée, tout se transforme...            Rien ne se perd, ni se crée, tout se transforme...

    « Yi King : Le Livre des Changements. - Présentation

  • Commentaires

    1
    Halte-du-Berger
    Mardi 30 Juin à 11:07

    Alors art divinatoire ouvert sur le futur ?

    Fixation du temps présent ?

    Mise en é vidence du passé ?

    Les deux saint-jean version chinoise ?

     

    J'attend avec très grand intérêt t es interprétations ☺

    2
    Mardi 30 Juin à 16:30

    Janus entre passé et futur, mais c'est au présent qu'il "est", ici et maintenant. 

    Un présent qui n'est jamais fixe, toujours mouvant en fonction du passé et tourné vers un avenir hypothétique. C'est en cela que le Yi King nous révèle qq hypothèses, selon notre attitude et la lecture que nous en ferons.

    Du moins c'est ainsi que je perçois les choses.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :