• Noire est la peinture                Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre... de Pierre Soulages. Conçue pour accueillir la lumière, elle est changeante, au gré de l’éclairage et de l’axe du regard. Le « Noir-Lumière » devient un champ mental émotionnel. Noirs brillants et noirs mats, opposés aussi entre à-plats lisses et surfaces striées ou rainurées en une matière parfois épaisse, et des masses travaillées en relief. Le noir s'y empreint de lumière, qui devient vibration.

    Les panneaux mesurent plus de 3 mètres de hauts et sont parfois assemblés en polyptiques muraux. Ils ne                 Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...racontent pas, il faut les ressentir, ressentir ce pays en accord avec les solstices, le noir de l’hiver dans lequel se révèle la lumière naissante, prête à s’épanouir.

    Cette œuvre noire, parfaitement maitrisée, est facteur d’intense émotion. Elle renvoie aussi aux vitraux de l’abbaye de Conques, magnifiés de lumières blanches dans l’ombre intérieure de ce joyaux Roman et auvergnat.

    Pierre Soulages aura 100 ans ce 24 décembre. Il est toujours actif créateur. Cela m’emplit de cette Vertu théologale : Espérance.liquez pour agrandir...                                                       Ci dessous une peinture ancienne 

                    Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...                       Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...                       Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...                       Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre... 


    1 commentaire
  • « L’Art de la Vie »...

    « ... si nous nous assemblons dans nos Loges c’est pour donner à notre âme ce juste équilibre qui constitue la Sagesse, c’est à dire l’Art de la Vie. » ...  C’est en ces termes, extraits du rituel d’initiation, que le V.M. accueille le profane qui vient de pénétrer dans la Loge.       « l’Art de la Vie » - Feuilleton page 1, à propos de Fabienne Verdier

    Le parcours impressionnant de Fabienne Verdier m’avait fortement touché, il y a maintenant 16 ans, lors de la lecture de son récit initiatique « La passagère du silence ». Depuis j’en ai suivi, avec intérêt, l’étonnante évolution.

    Sa peinture est difficile à aborder sans connaissance de sa démarche ni compréhension du sens et de l’esprit de son travail. Pour elle le geste est primordial, il vient du fond de soi et révèle l’essence de l’être.

    Elle a à peine 20 ans lorsque, avec une volonté́ tenace et après de multiples tractations, elle obtient en 1983, la possibilité́ de s’inscrire et d’étudier à l’Université́ du Sichuan. Première personne étrangère autorisée à pénétrer dans cette université́... une femme !

    Les premiers temps, la solitude et l’isolement la mettent face à elle-même dans ce milieu absolument étranger au monde d’où elle vient. Elle se retrouve là sous son propre regard, comme dans un cabinet de réflexion où se dévoile la possibilité́ de devenir soi... deviens ce que tu es... Ne pas rester soumis à son éducation, à ses habitudes, à son milieu social, aux aléas extérieurs, mais se connaitre mieux et penser par soi-même, agrandir son espace intérieur, découvrir ses particularités. Développer enfin un rapport vrai à soi et au monde un art de la vie, afin de s’accomplir et d’accomplir son destin.

    A son arrivée au Sichuan, Fabienne Verdier ne trouve pas ce qu’elle cherche. Nous sommes peu après la période du grand "nettoyage culturel”, la pression de l’état envahit encore les esprits et les idées ne s’expriment pas librement, mais s’échangent en secret.

    Ce n’est qu’après un certain temps de recherches et un patient travail de mise en confiance qu’elle rencontrera un graveur de sceaux dont une main a été coupée pour “révolution culturelle“, puis un vieux Maitre de calligraphie, et un peintre gardien de la Tradition. Les contacts sont d’abord distants et méfiants et il lui faut prouver ses capacités et sa volonté́. Ce qu’elle fera au cours de longs mois d’un travail acharné, toujours solitaire (contrairement au travail dans nos Loges), avant de se voir acceptée.

    Suite de ce palpitant feuilleton, au prochain numéro.

                  « l’Art de la Vie » - Feuilleton page 1, à propos de Fabienne Verdier                       « l’Art de la Vie » - Feuilleton page 1, à propos de Fabienne Verdier                          « l’Art de la Vie » - Feuilleton page 1, à propos de Fabienne Verdier  

    Fabienne V. et son Maitre calligraphe.      -         Peinture sur soie 1997                -                  Sedes Sapientiae 2011

     


    votre commentaire
  •                       

    Cet ouvrage, dont je viens de terminer la réalisation après bientôt 3 années, reproduit l’ensemble du manuscrit original sur 39 feuilles – soit 78 pages – au format 32,4 x 40 cm. imprimées par mes soins sur un noble papier Canson-Mongolfier 240 gr... S’y ajoutent 12 pages de garde et présentation sur DCP satin 200 gr. Le tirage est très limité : 70 exemplaires.

    Le corps du recueil est constitué de 29 tableaux originaux, illustrant les 16 figures de la géomancie et les 13 maisons célestes. Les tirages de ces 29 tableaux sont numérotés et signés individuellement.

    L'ensemble est contenu dans un coffret gainé skivertex Samala rouge.

    Cet ouvrage sera certainement le dernier de ce type, que je produirai.

    Les documents sont protégés par copyright - cliquez dessus si vous souhaitez les agrandir.


    5 commentaires
  • Le caractère de chaque figure géomantique se nuance en fonction de sa présence dans telle, ou telle autre Maison.-  Sur terre comme au ciel, 12 Maisons sont les domiciles privilégiés des diverses circonstances de la vie de l’individu.

    Chacune des peintures de la série des Maisons sera construite selon une géométrie
    symbolique, définie au sein d’un plus ou moins vrai Carré… Ainsi la première         MAISONS DE LA TERRE ET DEMEURES CELESTES
    Maison
    , celle de l’ascendant, s’ouvre au lever du soleil. Elle se rapporte à l’individu dans l’affirmation de son Être et de son Moi quotidien… Elle est dite Cardinale et de signe de Feu, accordée au Bélier : le Moi s’impose dans un élan impulsif et fonce tête en avant, pattes en arrière. La planète Mars y élit domicile et influence les caractères.

           Esquisses, premier jet pour les motifs suivants Maisons 2, 3, 4, 5...  

                MAISONS DE LA TERRE ET DEMEURES CELESTES             MAISONS DE LA TERRE ET DEMEURES CELESTES             MAISONS DE LA TERRE ET DEMEURES CELESTES             MAISONS DE LA TERRE ET DEMEURES CELESTES    

              Documents protégés par copyright    -     Cliquez pour agrandir...


    1 commentaire
  •     Voici le résultat, en 4 versions, non définitives, de mon infortuné labeur sur la figure de géomancie dite « Fortuna Major »... Tout en souhaitant que l’année 19 vous apporte la meilleure Fortune possible au propre comme au figuré.

                                                                                                                                      - FORTUNA...

       Au sens large le mot « fortune » se rapporte au sort, bon ou mauvais, personnalisé par une divinité allégorique ayant souvent les yeux bandés. Pas de rapport direct avec l'ISF.

                                  La roue de la Fortune Rota Fortunae en latin – est un concept des mythologies antique et médiévale symbolisant la nature capricieuse du destin. Ce que d'autres appelleraient la chance.                           - FORTUNA...

       La roue appartient à la déesse Fortune, qui la tourne de façon aléatoire changeant ainsi la
    position des Humains, tantôt chanceux, tantôt malchanceux. - La lame 10 du Tarot - à droite - en est une autre forme d'illustration.

       Les figures de la géomancie Fortuna Major et Minor, portent ce sens, au propre et au figuré, pour le matériel et/ou le mental.

                               - FORTUNA...     Personnellement, il me semble, dans mes compositions, me sentir plus en accord en mode minor (ci-contre à gauche), que dans le major. En raison de mon âge peut-être, j'aime rechercher ce juste équilibre qui est l'Art de la Vie.

               Documents protégés par copyright 


    votre commentaire
  • Mon hébergeur de blog s’impatiente. La dernière page remonte au 23 novembre.

    Aujourd’hui c’est  Épiphanie.

    « Épiphanie" ,J’aime bien ce mot, sa sonorité peut-être, j’aime le prononcer.

    J’aime le sentiment magique qu’il induit, s’agissant de la manifestation de quelque chose qui apparaît, comme une lumière, sinon une révélation, du moins un guide.  

    • Aparté : Je viens de passer trois tristes semaines. Resté prostré, fatigué, un peu malade, sans désirs, dans le noir physique et mental. Un état que, en fait, je me plaisais à entretenir.

    Épiphanie, ma bibliothèque m’en fournit diverses images. J’ai plaisir à en scanner qq documents, qui pour une fois ne sont pas de mon cru.

    Je souhaite qu’ils m’aident à sortir de mon petit malaise.

    En cliquant dessus, partagez les avec moi si vous voulez bien.

    Et que ces images manifestent et portent en vous le message d’une année heureuse. Avec sagesse trouvez le bonheur en vous et aimons nous les uns les autres…

                      

    1 : Très riches Heures du duc de Berry - vers 1400  - (Dans mon enfance berruyère je pensais que c'était mon ancêtre).  - -  -   2 : cinq siècles plus tard, une tapisserie  d'après le préraphaélite Ed Burne-Jones (pour faire plaisir à J. Fr. Kra...) Cette oeuvre est au musée d'Orsay _  _  _     La peinture N° 3 est du génial Giorgione : pas vraiment des mages mais Trois Philosophes dissertants sur les âges de la vie, devant une grotte obscure...  - - -     En 4 j'ajoute cet extraordinaire tympan de la cathédrale d'Autun.   -    A toutes les époques, ce sujet fit rêver les artistes.                                      La page précédente de ce  blog, au sujet de Maât pourrait peut-être s'y apparenter.... ?

     


    votre commentaire
  •                      La Déesse MAÂT  -  TableauDe la lignée de Rê, soleil rayonnant, la déesse Maât assure le juste équilibre du monde créé/incréé… tangible/intangible.

    Diapason de Justice et d’équité au sein des énergies multiples, elle en accorde les résonnances.

    De ma parcelle terrestre j’aspire à en saisir l’harmonie afin d’intégrer cette merveilleuse, essentielle et ésotérique réalité.

    La partie inférieure du tableau (en forme de prédelle) rappelle sur un                      La Déesse MAÂT  -  Tableauautre plan les vertus de justice et d’équité.

                                                            Tableau de Jean Beauchard - huile et acrylique - 81x 111 cm.

     

    Réalisant ce tableau je me suis partiellement référé à une gravure bien connue (gravure sur bois parue dans météorologie populaire de Camille Flammarion). 

    Elle évoque l’aspiration de tout individu en quête de connaissance, pieds sur terre et tête
    orientée vers les nuées célestes, cherchant à percer la frontière qui le sépare d’un au-delà inconnu.

    Cette image n’est pas non plus sans rappeler l’entrée initiale d’un candidat franchissant la porte basse.

                                La Déesse MAÂT  -  Tableau                                 La Déesse MAÂT  -  Tableau         

     


    1 commentaire