• Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...


    Noire est la peinture                Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre... de Pierre Soulages. Conçue pour accueillir la lumière, elle est changeante, au gré de l’éclairage et de l’axe du regard. Le « Noir-Lumière » devient un champ mental émotionnel. Noirs brillants et noirs mats, opposés aussi entre à-plats lisses et surfaces striées ou rainurées en une matière parfois épaisse, et des masses travaillées en relief. Le noir s'y empreint de lumière, qui devient vibration.

    Les panneaux mesurent plus de 3 mètres de hauts et sont parfois assemblés en polyptiques muraux. Ils ne                 Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...racontent pas, il faut les ressentir, ressentir ce pays en accord avec les solstices, le noir de l’hiver dans lequel se révèle la lumière naissante, prête à s’épanouir.

    Cette œuvre noire, parfaitement maitrisée, est facteur d’intense émotion. Elle renvoie aussi aux vitraux de l’abbaye de Conques, magnifiés de lumières blanches dans l’ombre intérieure de ce joyaux Roman et auvergnat.

    Pierre Soulages aura 100 ans ce 24 décembre. Il est toujours actif créateur. Cela m’emplit de cette Vertu théologale : Espérance.liquez pour agrandir...                                                       Ci dessous une peinture ancienne 

                    Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...                       Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...                       Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre...                       Pierre SOULAGES - d'un solstice à l'autre... 

    « « L’ART de la VIE » … Fab. Verdier – page 3 : la Maîtrise.

  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Décembre à 16:09
    J'ai beaucoup d'admiration pour les artistes qui, justement, osent faire un pas de côté par rapport au discours scientifique. Et Soulages fait un pied-de-nez aux scientifiques qui disaient que d'un corps de matière picturale noire ne pouvait se réfléchir aucune radiation visible de lumière. On sait que le pigment noir dévore, absorbe, tous les photons qui tombent sur lui. Donc les scientifiques parlaient d'une non-couleur. En donnant [...] un corps-relief à sa matière picturale, il trouve le moyen de réfléchir, de renvoyer les variations de lumière.  
    (Fabienne Verdier)
    Amitiés.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :