•     Qu’est-ce que méditer ?...    Méditer n’est pas s’abandonner en de vagues rêveries favorisées par la torpeur aoutienne. Entrer en soi, trouver son propre centre en tenant son esprit éveillé dans les sentiments et sensations de faire parti d’un Tout et d’en être le centre : seul mais univers complet, en pleine conscience, riche de connaissance et d’amour.

        Pourquoi méditer ?...    Pour aiguiser la conscience de soi et la cohérence de l’esprit… Afin, en conséquence, d’agir de façon plus efficiente au quotidien, tant sur le plan matériel que intellectuel et spirituel.

        Où et quand méditer ?...   Où on veut, quand on veut.

                                          

    En ce mois d’aout, c’est journellement 1 heure, dans ma pièce de séjour, fenêtre ouverte sur la lumière des calmes jardins, ou volets fermés pour favoriser le recentrage de l’être. Parfois aussi du coté boulevard, peu fréquenté actuellement.                - Agrandir les docs en 1 clic...


    2 commentaires
  • Mon second fils (à droite et sans barbe sur la photo), qui a déjà publié plus de 70 ouvrages sous le pseudo de " David B ", viens de faire fort.Voici le début d’un article paru ce jour sur le site du FIGARO MAGAZINE. 

     

    EXCLUSIF - Durant tout l'été, Le Figaro Magazinepubliera en avant-première Veni, vidi, vici, le nouvel album des aventures d'Alix, ressuscité par le tandem David B.-Giorgio Albertini. Nous les avons rencontrés à Rome où ils nous ont dévoilé les secrets de fabrication de la bande dessinée qui a fait connaître et aimer l'Antiquité à des millions de lecteurs.

    Envoyé spécial à Rome

    La «résurrection» d'Alix, personne ne l'avait vraiment vue venir. Pleine de bruit et de fureur, longtemps tenue secrète par les Editions Casterman, signée David B. et Giorgio Albertini, elle prendra la forme d'un album qui sortira en librairie en septembre mais dont les lecteurs du Figaro Magazineauront la primeur durant tout l'été. Dès les premières images de Veni, vidi, vici, il semble qu'Alix revienne de loin. Il faut dire que depuis 1948, année qui l'avait vu naître dans les pages du Journal de Tintin, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts romains.

    Plus de 12 millions d'albums des 36 aventures de l'intrépide Gaulois se sont vendus, traduits en une quinzaine de langues, salués à la fois pour leur réalisme et leur minutie. Pourtant, depuis 2010 et la mort de son créateur Jacques Martin, «grand imagier de l'Antiquité» comme l'a qualifié l'historien Georges Bischoff, les aventures trépidantes de son héros envoyé extraordinaire de Rome, ami et agent de Jules César, commençaient à tomber doucement dans l'oubli, boudées par les jeunes générations.

    Qu'à cela ne tienne, le 70e anniversaire du valeureux fils d'un chef gaulois, esclave affranchi devenu l'indispensable émissaire de César à travers les mondes barbares en 50 avant J.-C., est l'occasion de le remettre en selle, le glaive à la main. Car même si cette icône de la BD franco-belge avait déjà fait reparler d'elle en 2012 (certes avec quelques cheveux blancs) grâce au tandem Valérie Mangin-Thierry Démarez dans la série Alix Senator, rien de tel que de retrouver un personnage bouillonnant de sève, de jeunesse, éternellement âgé d'une vingtaine d'années.

    Pour ce faire, le directeur éditorial de Casterman Benoît Mouchart a eu l'idée de lancer une «fusée Alix» comportant plusieurs étages. Le premier s'est présenté sous la forme d'une grande exposition rétrospective dévoilée en janvier dernier au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême. Ce sera ensuite une série de BD jeunesse baptisée Alix Origines, créée par Laurent Libessart et «destinée à un jeune public, avec un dessin mêlant le classicisme de la BD franco-belge à l'expressivité du manga». Mais auparavant, ...

    La suite de cet article est réservé aux abonnés. 85% reste à lire.

     Voir aussi l'article  " David B. "  sur Wikipedia.


    1 commentaire
  • Je présente ici une seule image dans laquelle vous pourrez librement voyager.                         - APPROFONDISSEMENT-

       Ce tableau (65 x 84cm) est emblématique d’une situation qui invite à aller, dans le secret de sa conscience, à la recherche de l’Idée que l’on peut découvrir au delà du symbole.  Cela suppose un engagement particulier vis à vis de soi-même. 

       Je me bornerai à dire que le laurier et l’olivier y représentent la glorieuse lumière apollinienne, et la sagesse d’Athéna, témoins de cette démarche. 

       Pour le reste, à chacun de juger ou jauger, selon ses propres références.

     

    Le document est protégé par copyright - D'un Clic, vous pouvez l'agrandir.


    3 commentaires
  • Ce matin - 6 h 30 - me levant d'un bon pied, l'oeil encore un peu embrumé, dans la perspective d'atteindre 1/2 heure après mes 85 ans, je me dis que ce serait une bonne raison de faire une petite page sur ce blog abandonné depuis 2 mois...

    Mais que dire ? Me plaindre des malaises certains et des aléas du monde : ce n'est pas mon genre... Plutôt dire que tout va bien pour moi, que je ne ressens pas le poids des ans ayant l'impression d'être vert comme un printemps triomphant, cela me convient parfaitement. 

    Depuis 8 h ce matin les SMS et le le téléphone me confirment que je suis entré dans ma 86 ème année. Un F. (et néanmoins ami car l'un n'empêche pas l'autre) m'a envoyé le poème ci joint : pastiche m'a t'il dit d'une prière des compagnons boulangers à leur St patron (cliquez dessus pour une bonne lecture).

    Je ne reprendrai pas ici la légende et les circonstances dans lesquelles la pelle de St honoré avait fleuri, car je l'avais relaté il y a qq années.

    Ce soir, à la suite d'une réunion, il y aura Champagne et St honoré à la crème chiboust... Miam ! Bonne journée et soleil pour tous.


    4 commentaires
  •        Tout est pris d'un frisson subit.
           L'hiver s'enfuit et se dérobe.
           L'année ôte son vieil habit ;
           La terre met sa belle robe.            -      Extrait de Laetitia Rerum, de Victor Hugo

       En ce matin encore un peu glacé, de la fenêtre de mon atelier, je      20 mars 2018, c'est le printemps
    vois le soleil réchauffer les arbres et les tours de la cathédrale.

       Après 3 mois de léthargie faits de multiples activités dispersives il est temps de nourrir mon blog dans l’espoir qu’il porte de nouveaux fruits…

       Ayant lentement avancé les pages manuscrites de la présentation de mon projet “Terre – Ciel”, je vais reprendre les peintures de la première série portant sur les 16 figures de la géomancie, maisons de la terre.

       Aucune tradition ne définit d’ordre de préséance entre ces figures qui vont cependant par paires opposées exprimant les conditions et les aléas du quotidien. En exemples, ces 4 esquisses correspondant successivement à : “Joie ou exultation”, “Tristesse ou mélancolie”,  “Conjonction ou rencontre”,  “Prison  ou blocage”.

            20 mars 2018, c'est le printemps          20 mars 2018, c'est le printemps          20 mars 2018, c'est le printemps          20 mars 2018, c'est le printemps

        Laetitia (esquisse pochade)           Tristitia (esquisse)                    Conjunctio (tableau)                      Carcer (tableau)

                                                      Documents protégés par copyright -    Cliquer pour les agrandir.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique